25 janvier 2015 - 12 comments

Le petit bilan de 2014…

Je n'écris pas trop sur ce blog, et d'une manière générale, je n'écris plus trop. Parler de soi est un exercice intéressant mais difficile, et surtout de moins en moins naturel. Séparer mes blogs selon les sujets correspond assez bien à ma façon de séparer certains aspects de ma vie, même si au final, j'ai le sentiment que tout se recoupe. Les lecteurs sont les mêmes. La seule différence, c'est qu'il est difficile d'arriver sur ce blog par accident (il est caché des moteurs de recherches), à l'inverse de mon blog pro. J'admire ceux qui arrivent à parler aussi bien de leurs états d'âmes que de leurs coups de cœurs sur leur blog lié à leur activité professionnelle. Mon envie de partage me complexe parfois au point de penser à l'excès de narcissisme et à finalement lâcher l'éponge en me disant "de toute façon, ça n'intéressera personne". Aujourd'hui, je crois que je fais surtout ce billet pour moi. Car j'aime ces billets bilans qui permettent de revenir sur certains points et ouvrent vers de nouvelles perspectives. J'aime les relire, une fois par an, pour voir l'évolution, qu'elle soit positive, négative, ou nulle.

Le travail

En 2014, j'ai (encore) beaucoup travaillé en freelance, alors que je m'étais promis d'apprendre à dire non. Déjà en 2013, j'avais le sentiment d'en avoir trop fait. Alors qu'en 2014, j'en ai fait le double.

J'ai du mal à savoir pourquoi je fais ça, pourquoi je dis oui, pourquoi je me rajoute une charge de travail. Les chouettes projets qui arrivent, une épargne qui se fait un peu plus facilement, les relations humaines que ça crée… un doux mélange de tout ça, je suppose.

Dans l'histoire, je crois que je me perds un peu. J'ai arrêté le sport, j'ai pris du poids. J'étais tellement épuisée parfois que j'annulais des soirées pour être opérationnelle au travail le lendemain et ne jamais délaisser mon emploi salarié. Je crois que mon couple y a laissé des plumes, dans la promesse que "ça s'arrêterait bien un jour". J'ai repoussé d'autres projets qui étaient importants pour moi : faire ma borne d'arcade, et d'autres choses moins futiles mais autrement plus intimes.

La vie

Il y a eu plein de naissances ou d'annonces de naissances à venir. Je ne sais pas pourquoi, mais avoir tous ces enfants autour de moi, voir mes amis, ma cousine, mon frère devenir parents me rend fière d'eux et me remplit de joie. J'aime les voir parents, je les redécouvre. Je les envie, je les admire. En 2014, j'ai été marraine d'une petite Cassandre. En 2015, je serai marraine d'un petit Augustin. Ces deux petits viennent renforcer ma "team de filleuls" qui était déjà au nombre de trois. Il faudra un jour que j'arrive à mettre des mots sur ce que je ressens de toutes ces preuves que me font les parents qui me proposent d'être marraine de leur petit. C'est si fort. Si fort.

L'<3 (et le travail, encore…)

Travailler beaucoup, ça permet de mettre de côté pour des projets autrement plus chouettes. Comme un mariage, par exemple. La promesse d'un beau voyage de noces. Et un projet de création d'entreprise pour celle qui sera alors ma femme. Un tournant qui, comme le mariage, m'excite autant qu'il me fait peur, dont je sais qu'il fait partie des événements qui marqueront ma vie. 2015 sera une année de folie(s). Et pour ça, je crois, qu'il faut vraiment et sérieusement que je lève le pied. J'ai envie de m'en faire la promesse. J'ai envie de lui faire la promesse. Et cette année, j'ai vraiment envie de la tenir.

La zone de confort

Non, je ne parle pas de cet embonpoint confortable qui ne me quitte pas, mais plutôt de cet aspect de la vie où il se passe des trucs, où l'on prend des risques. La création d'une boîte en est un, quelque part, même si c'est surtout ma compagne qui l'assumera. Non, je parle de la vraie prise de risque, celle qui te fait te liquéfier rien que d'y penser. Genre faire du théâtre. Donner un cours. Faire une conf'. (Oui, j'ai un vrai problème avec le fait de parler en public). Je ne sais pas encore ce que je ferai de tout ça. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il faut que ça arrive.

zone-confort

Garder de la place pour la futilité

À force de toujours bosser, on a l'impression que quand on ne bosse pas, on perd son temps à faire des choses futiles. Alors que finalement, c'est ce qui nous construit. Il paraît qu'il faut travailler pour vivre, et non l'inverse.

En 2014, on a créé notre blog sur les jeux de société. On a eu envie de parler de notre passion, de s'en rapprocher, d'échanger, d'en découvrir encore plus.

En 2014, j'ai passé mon permis moto. Du premier coup ! C'était une vraie belle surprise. J'ai galéré au permis voiture, et j'appréhendais de revivre l'horreur que ça a pu être. Un vrai truc positif. C'est mon achievement de l'année.

En 2014, je me suis plus sérieusement mise à la photographie. Et ça fait un bien fou, après des années de pratique en dilettante, de faire enfin les photos que l'on a en tête, malgré ses lacunes. J'ai vécu la même chose avec le graphisme. Il en faut, du temps, pour réussir à réaliser ce que l'on imagine.

Bref, en 2014, je n'ai pas été que graphiste, je suis devenue motarde, fiancée, je suis redevenue marraine. J'ai continué à être passionnée, admirative, amoureuse, portée par l'entourage merveilleux qui m'accompagne, aussi bien dans ma vie professionnelle que dans mon cercle personnel. Merci à vous tous d'en faire partie.

En 2015, j'espère être avant tout la femme, l'amie, la sœur, la fille qu'ils méritent. Mais c'est qu'ils mettent la barre haute, tous, aussi… ;)

Published by: Christelle Mozzati in Réflexions

Comments

Olivier B.
26 janvier 2015 at 2 h 24 min

Merci Christelle pour ce billet.

On partage beaucoup de choses visiblement. Le fait de se sentir coupable lorsqu’on ne travaille pas, l’envie de sortir de sa zone de confort MAIS être totalement terrorisé…

Moi aussi j’espère être un mari pas trop catastrophique, un beau père pas trop tyrannique et un papa gentil et aimant.

J’espère trouver la force de me libérer de moi même. Et oui c’est bien moi la personne la plus dure envers moi-même :)
J’admire les gens capables d’avancer, remplis d’énergie positive et d’enthousiasme.
J’ai beaucoup plus de mal pour ma part, peut être qu’avec l’âge je fatigue ^^.
ça fait aussi un moment que je suis dans le « bain » hors salarié. Usant de se battre pour faire son travail, obtenir un contrat, se faire payer, penser pour les autres…

Moi aussi je dois apprendre à dire Non. Je pense même que c’est salvateur.

En tout cas je suis persuadé que tu es au début d’une année merveilleuse !

Pardonnes le ton un peu décousu, il est tard et c’est très spontané.

    Christelle
    26 janvier 2015 at 11 h 58 min

    Merci pour ton commentaire Olivier, à vrai dire, je n’attendais même pas de commentaires ni de réactions tant le billet est personnel, mais je suis ravie de voir que ça résonne pour d’autres. Se libérer de soi, de sa propre emprise, c’est exactement ça, et merci d’avoir mis les mots sur ce ressenti !
    Et je n’ai nul doute sur ta capacité à être l’homme que tu as envie d’être.

mickael
26 janvier 2015 at 9 h 29 min

C’est beau ! Et c’est un joli bilan. Même si on « connait » un peu ton parcours sur le cornet. J’aime bien « les tranches de vie » et ce bilan( au combien avec un style bien écrit) est intéressant.
Juste pour dire – au delà de notre méconnaissance irl – que ce que tu abats pro ou perso est impressionnant ! Que tu es qq1 « aware » (à l’écoute) envers son prochain…globalement on pourrait ressentir ton sourire à travers l’écran et les ondes positives venir vers nous !
Dieu sait que je râle… bon les travaux, les enfants : clairement ça use et comme Olivier je dois fatiguer avec l’age… si tu n’as pas encore les enfants -question de temps- tu fais énormément de choses : donc bravo !
La dessus et pour ne pas épiloguer d’avantage (entre les couches et le sentiment, aussi, coupable de ne pas avoir toujours du travail (ça ne fait qu’un mois depuis la fin du salariat mais bon…) de parler d’AO, de #seuil ;) etc…
je te souhaite bien le meilleur et une bonne année (qui s’annonce riche) pour toi et ta moitié

    Christelle
    26 janvier 2015 at 11 h 59 min

    Merci pour ton commentaire Mike, il m’a touché car je ne m’y attendais vraiment pas. Donc, ben, comme dit ailleurs : <3 <3 <3. Et bonne année à toi aussi, mon graphiste-maçon préféré ;)

Gweno
26 janvier 2015 at 10 h 39 min

Christelle,

Un très beau billet que tu as écrit là. Je suis admiratif de ta manière d’écrire les choses et de le rendre compréhensibles simplement ;) Ça, je te l’ai déjà dit, c’est même comme ça que je t’ai rencontré.

Je crois que tu as une belle année qui se profile, et tu devrais en profiter à fond avec les tiens ! Y’a pas qu’le taff dans la vie :p

En tout cas, ce billet n’a pas intéressé personne, je crois. C’est bien de partager des choses réfléchies, comme cela.

Je finirai par une citation de ce bon vieux Steve : « Stay hungry, stay futile. »

Bordel, passe une super année 2015, fais-moi c’plaisir ! Et oublie pas de prendre des photos ;)

    Christelle
    26 janvier 2015 at 11 h 59 min

    Merci Gwénouille ;) « Stay hungry, stay futile. » je like ! Allez, j’en fais ma devise 2015 !

marroon
26 janvier 2015 at 10 h 44 min

Christelle, tu en es où dans le projet d’être, un jour toi aussi, mère ? ;)

Julien
26 janvier 2015 at 14 h 21 min

Merci pour ce billet Christelle, très agréable à lire et très intéressant de suivre tes projets. Ce n’est pas évident de parler de soi et d’écrire à propos de soi, c’est un pas que je n’ose pas franchir^^ Donc merci également de le faire pour donner envie aux autres !

Bonne chance dans tes projets professionnels et personnels et une excellente année 2015 !!

    Christelle
    27 janvier 2015 at 16 h 18 min

    Merci Julien ! Je suis surprise de te voir traîner par là, mais ça me fait plaisir de lire tes encouragements. Je te souhaite également le meilleur pour cette année :)

William
26 janvier 2015 at 15 h 08 min

Alors comme je trouve le message d’Olivier super classe je vais dire la même chose… Ho wait non ça ne se fait pas ^^

Je te souhaite une excellente année 2015, mais je suis persuadé qu’elle le sera : tu es dynamique, sincère, volontaire, positive et pleine d’enthousiasme. Bref, une belle personne. Alors tu la mérite ta belle année et les suivantes aussi d’ailleurs :)

Bises

    Christelle
    27 janvier 2015 at 16 h 19 min

    Merci Willou <3 Je te souhaite également une bien belle année 2015… tu la mérites encore plus que moi je crois ;)

Leave a Reply