25 février 2013 - No Comments!

La vraie Liberté ?

"C’est avoir le droit de se tromper. Tu as le droit de te tromper, tu as le droit de faire une erreur. Tu as le droit de... de... de merder, en fait. Voilà, là tu es libre! La réussite n’est jamais une preuve de liberté, alors que l’échec est tou- jours preuve de liberté. On le savait, ou alors on est inconscient. On le savait, et on se trompe. On a été libre, et on a usé de sa liberté. Et les hommes usent très peu de leur liberté je trouve. Il faut se tromper, il faut faire ses erreurs, il faut se casser la gueule, il faut avoir mal, il faut pleurer, il faut être en dessous de son oreiller et parfois on dit des bêtises –et Dieu sait que j’en dis des bêtises– cela n’a pas d’importance. Le fait d’exister, le fait de bouger, me parais quand même plus intéressant – dans la mesure où cela ne fait de mal à personne– que le fait d’être prudent. Il est urgent de ne pas être prudent. Il faut être imprudent. Et vous vous cassez la gueule ? Et bien vous vous cassez la gueule ! Et puis quoi ? On n’en meurt pas, de se casser la gueule! On ne meurt pas d’humiliation, cela n’existe pas. On meurt d’un coup de couteau dans le dos ou d’un accident de voiture, mais on ne meurt pas, de se tromper la gueule. Personne n’est ridicule. Il y a des vivants et des morts. Ça, c’est vrai. Il y a des vivants et des morts. Et il n’y a rien de plus horrible qu’un homme malheureux, parce qu’un homme malheureux fait le malheur. Il entre et il engendre le malheur. On dirait un Mardi gras qui a mal tourné. Alors qu’un homme heureux, même fou, engendre un petit peu – quelque part – le bonheur. Ou la haine. Mais la haine, ça stimule la santé des imbéciles !" — Jacques Brel, Knokke, 1971.

Published by: Christelle Mozzati in Brèves

Leave a Reply